Situation concernant le coronavirus COVID-19 pour la Thaïlande

A la date du 14 mai 2021, il y a 33 186 cas actifs en Thaïlande. Après une quasi absence de l'épidémie durant le 2e semestre 2020, un foyer a été identifié mi-décembre dans un marché de fruits de mer près de Bangkok. Depuis début avril, une nouvelle vague est en cours avec le variant anglais (voir détail dans la partie 2).

Nouveaux cas journaliers depuis le 15 mars 2020. Source JHU CSSE COVID-19 Data.

Depuis le début de l'épidémie en janvier 2020, 548 personnes sont décédées et 62 316 personnes infectées sont désormais guéries et sorties de l'hôpital. Voir la page officielle sur les données.

A ce jour, les perspectives de venir faire du tourisme sans quarantaine en arrivant (pour les personnes vaccinées) sont désormais pour juillet (Phuket obligatoirement la 1ère semaine du séjour) puis octobre 2021 (sur certaines destinations seulement, voir partie 3) selon les annonces du gouvernement. Pour commencer son voyage n'importe où dans tout le pays sans quarantaine, il faudrait attendre janvier 2022. Une évolution qui doit encore être confirmée dans le détail...

SOMMAIRE
 1) Les mesures prises par les autorités thaïlandaises pour lutter contre l'épidémie

2) La situation épidémique depuis mi-2020

3) Les perspectives de réouverture normale du Royaume aux touristes en 2021

4) Les mesures prises par Thaïlande Autrement pendant les voyages de février et mars 2020


Aller sur notre page d'accueil pour découvrir notre agence de voyages sur mesure (ou via le menu tout en haut).
 
Nous suivre sur Facebook et sur Instagram. Voir notre boutique en ligne.
 


1) Les mesures prises par les autorités thaïlandaises pour lutter contre l'épidémie


Selon un rapport paru en 2019, la Thaïlande est considérée comme le 6e pays au monde le mieux préparé pour faire face à des catastrophes sanitaires majeures telles que les épidémies. Elle devance même la France qui est classée 11e. Voir l'article avec le lien vers ce rapport.

Le premier cas de coronavirus en Thaïlande a été identifié le 13 janvier 2020 sur une touriste chinoise de Wuhan qui a été scannée le 8 janvier à l'aéroport de Bangkok. En effet, les autorités thaïlandaises ont rapidement réagi en analysant, dès le 3 janvier (soit 3 jours après l'annonce officielle de cas à Wuhan), toutes les personnes arrivant en provenance de la Chine dans différents aéroports thaïlandais. Par la suite, elles ont exigé que tout touriste chinois présente un certificat médical attestant qu'il ne présente aucun symptôme lié au coronavirus. De son côté, le gouvernement chinois a interdit aux agences locales d’organiser des séjours à l'étranger pour les groupes de touristes chinois. Ces contrôles aux arrivées dans le Royaume ont été élargis aux autres pays où des foyers d’épidémie se déclaraient. Durant deux mois, les quelques Thaïlandais infectés se sont présentés d’eux-mêmes dans les hôpitaux et certains hôtels ont signalé des clients présentant les symptômes.

Cette réaction rapide de la part des autorités et de la population thaïlandaises (notamment via l'action essentielle d'un million de volontaires de santé) a permis d’identifier les personnes malades et de les isoler. Leurs proches, collègues, etc. ont été recherchés et analysés.

Pour tenter de comprendre pourquoi le virus s'est propagé plus vite en Europe qu’en Thaïlande, nous vous invitons à lire cet article paru le 4 mars 2020 dans le magazine francophone Lepetitjournal.com qui a interrogé le Dr Gérard Lalande, médecin français basé à Bangkok.

L'évolution a été très lente jusqu'à mi-mars 2020, la barre des 100 cas étant dépassée seulement le 15 mars 2020, soit deux mois après le 1er cas identifé dans le Royaume. Ensuite, plusieurs foyers locaux identifiés, et le retour de Thailandais de pays fortement infectés, ont contribué à faire grimper plus fortement la courbe de l'épidémie. Celle-ci est cependant restée modérée, la Thaïlande se situant encore dans le groupe des pays avec le moins grand nombre de cas (et de morts également) pour 1 million d'habitants (voir les statistiques mondiales).

Voir l'article "Covid-19 - Pourquoi la Thaïlande déplore-t-elle aussi peu de décès ? " du 8 avril 2020 paru dans Lepetitjournal.com.

Fin mars 2020, les autorités ont pris des mesures fortes pour réduire la transmission du virus. Il n'y a pas eu de confinement obligatoire 24h/24 mais les déplacements inter-provinces étaient très limités en avril avec de nombreux check-points sur les routes ainsi qu'un couvre-feu. Tous les lieux de loisirs étaient fermés et les restaurants ne pouvaient vendre qu'à emporter.

Grâce à la bonne coopération des habitants et touristes restés sur place, la courbe des infections s'est infléchie rapidement.

Début mai 2020, le gouvernement avait déjà autorisé la réouverture des marchés et certains commerces. Les piscines et les grands centres commerciaux (malls) ont réouvert le 17 mai et les salons de massages, les cinémas et les théâtres le 1er juin (avec des nouvelles règles à respecter). Les derniers lieux fermés (bars, stade de boxe, etc) ont pu ouvrir le 1er juillet. Progressivement, les lieux touristiques ont rouvert dans tout le pays.

Les conditions de distanciation sociale ont été strictes à la réouverture,
ce qui a donné des scènes assez surréalistes comme en témoigne cet article du 5 mai dans Lepetitjournal.com.

A Chiang Mai, où nous habitons tous, la vie a repris son cours quasi normal sauf qu'il n'y a pas de touristes et les magasins qui en dépendent restent fermés.

Le port du masque reste la règle dans les magasins et marchés fréquentés. Du gel est présent partout dans les entrées de commerces, d'hopitaux et de nombreux restaurants. Il y a des contrôles de températures à l'entrée des centres commerciaux, des hopitaux, des aéroports, etc.

Une application permet d'enregistrer facilement sa présence dans les supermarchés et centres commerciaux pour être recontactés ensuite si on a pu être en contact avec un porteur de virus. Lorsqu'on signale sa sortie de l'établissement, on peut aussi évaluer, avec quelques clics supplémentaires, les mesures sanitaires qui y sont appliquées. Voir la présentation de ce système sur le site web Toute la Thaïlande.


2) La situation épidémique depuis mi-2020

Durant une bonne partie du 2e semestre 2020, il y a eu seulement une dizaine de nouveaux cas par jour, à 99% des personnes en quarantaine stricte (isolé dans une chambre d'hôtel) suite à leur arrivée dans le pays. Quelques cas locaux étranges ont été identifiés de temps en temps (voir cet exemple dans Lepetitjournal.com du 04/09/2020) sans déclencher de nouveaux foyers épidémiques.

Le 24 novembre 2020, une jeune femme a été testée positive au Covid-19 à Chiang Mai. Il s'est avéré qu'elle revenait tout juste de Tachileik, ville birmane à la frontière avec la Thaïlande, mais clandestinement pour éviter la mise en quarantaine obligatoire lors de toute entrée dans le pays. Il y a eu ensuite quelques dizaines de Thaïlandais infectés par le virus liés à des retours clandestins depuis des complexes hôteliers de divertissement de Tachileik. Parmi ces personnes, quelques-unes ont été contaminées en Thaïlande après avoir été en contact avec celles rentrées de Birmanie (où l'épidémie était très active). Des centaines de personnes ont été identifiées depuis comme à risque, analysées et mises en quarantaine afin de stopper un éventuel début de foyer local, ce qui s'est révélé efficace.

Samedi 19 décembre 2020, un foyer épidémique a été identifié à Samut Sakhon au sud-ouest de Bangkok au sein du vaste marché de produits de la mer. Les premières analyses ont montré que des centaines de travailleurs birmans de ce marché étaient contaminés. La province a été isolée immédiatement.

Du fait que ce soit un marché d'envergure nationale, la transmission du coronavirus s'est répandue, des cas ont été détectés dans 57 provinces dont 28 ont été classées zones rouges  (voir article Lepetitjournal du 4 janvier 2021) avec des restrictions de déplacement et fermetures d'établissements. Les autorités se sont mobilisées pour tracer les contacts et isoler les porteurs de virus potentiels. Ce qui a porté ses fruits avec une forte baisse quotidienne des nouveaux cas. Ce foyer a été maitrisé courant février 2021 ainsi que celui qui s’était propagé, par ricochet, dans des casinos clandestins...
 
Début avril 2021, une nouvelle vague de contaminations locales s’est déclenchée à partir de lieux de vie nocturne de Bangkok (fréquentés par des VIPs...) d’abord puis ceux d’autres provinces. C’est le variant anglais qui est alors identifié pour la première fois dans le royaume avec plusieurs centaines de nouveaux cas sur une même journée. A quelques jours du nouvel an thaï (Songkhran du 13 au 15 avril chaque année), le gouvernement a fait fermer les établissements de divertissement (bars, discothèques, etc) dans 41 provinces du 10 au 23 avril. Ces derniers jours, le nombre de nouveaux cas quotidiens est autour de 1000 avec un record de 1582 le 16 avril. De nombreux Thaïlandais ont annulé leurs déplacements prévus à l'occasion du nouvel an et des grandes vacances scolaires, 43 provinces ayant imposé des restrictions aux personnes venant des zones rouges (Bangkok, Chiang Mai, etc).

Le nombre de nouveaux cas quotidiens a commencé à baisser (voir notamment Lepetitjournal du 20 avril) mais il atteint un nouveau record de 2 839 nouveaux cas le 24 avril. Il redescend à nouveau autour des 2000 ces derniers jours. Le masque est désormais obligatoire en public dans tout le pays avec lourde amende aux contrevenants (jusqu'à plus de 500 € !). Selon Lepetitjournal du 5 mai, la situation s'améliore partout dans le pays sauf à Bangkok. Affaire à suivre…
 


3) Les perspectives de réouverture normale du Royaume aux touristes en 2021

NB : Il s'agit d'une narration chronologique donc elle est assez détaillée. Vous pouvez aussi aller directement tout en bas de cette partie pour lire seulement la "conclusion sur la situation pour les touristes à ce jour".

Depuis le 26 mars 2020, un décret d'urgence est entré en application
, il est prolongé chaque mois depuis. Jusque fin juin, il comprenait l'interdiction d'entrée dans le Royaume des étrangers (sauf cas particuliers : diplomates, pilotes, personnes avec permis de travail, etc).

Du fait que l'épidémie était éradiquée dans le pays, le gouvernement a donc confirmé la levée des restrictions de déplacements internes, de fermetures d'établissement, etc., le 1er juillet 2020. Même sans contamination locale (pendant plusieurs mois en 2020), les fameux gestes barrières restent en vigueur comme expliqué ci-dessus. Le tourisme domestique a repris, il est cependant en dessous des déplacements locaux habituels, les gens font attention à leurs dépenses.

Mais, jusqu'à fin octobre, les touristes étrangers ne pouvaient pas venir, sauf rares exceptions, en Thaïlande...

Le 16 juillet, Lepetitjournal.com a synthétisé les catégories de voyageurs autorisées à venir en Thaïlande et la mise à jour des conditions imposées. Concernant les voyageurs étrangers pouvant entrer dans le royaume (à travers de rares vols de rapatriement de Thaïlandais), cela comprenait principalement des personnes autorisées à venir travailler, étudier ou discuter affaires, celles invitées par l'Etat ou en mission diplomatique, des étrangers mariés à des Thaïlandais et des touristes médicaux. Sauf cas particuliers, tous doivent effectuer une quarantaine de 14 jours dans des établissements spécifiques, y compris des hôtels agréés pour cela (quarantaine aux frais du voyageur).

En juillet, les autorités ont annoncé qu'elles travaillaient à l'accueil de touristes venant seulement de pays ayant maitrisé l'épidémie et signé des accords sanitaires, les fameuses "bulles de voyages". La Chine, le Japon et la Corée du Sud, l'Australie étaient pressentis en premier mais la remontée de l'épidémie dans ces pays a conduit au gel de cette idée.

Ces tuk-tuks sont à l'arrêt depuis des mois.
Halle du night bazaar de Chiang Mai toujours pas réouverte


Le 5 août, l'association des tour-opérateurs thaïlandais a proposé au ministre du Tourisme un projet "Safe and Sealed" (qui peut être traduit par "sûr et étanche") pour permettre aux touristes étrangers de se rendre à Phuket à compter du 1er octobre. Ce projet prévoyait que les touristes devraient venir pour un séjour d'un mois minimum dont à l'arrivée une quarantaine de 14 jours dans le même hôtel avec accès extérieur à la plage seulement. Après 14 jours (sans test positif...), ils pourraient circuler librement dans Phuket et, après 21 jours, dans les autres provinces. Voir l'article publié par Lepetitjournal.com le 22 août. D'autres provinces devaient être amenées à bénéficier de ce cadre pour accueillir des touristes étrangers dans les prochains mois. 

Ce sont les touristes séjournant longtemps qui sont visés, les seuls prêts à accepter une quarantaine puisqu'ils viendraient pour 3 mois voire jusqu'à 9 mois selon les prévisions. Par exemple des retraités nord-européens souhaitant passer l'hiver en Thaïlande plutôt que dans leurs destinations habituelles en Europe du Sud, qui est plus risquée du point de vue contamination au virus. Mais aussi (et sans doute surtout...) les millions de Chinois qui vivent dans des régions sans cas de contamination à la Covid-19 depuis plusieurs mois.

Le 15 septembre, le gouvernement a décidé la création d'un visa de tourisme spécial (STV) permettant à des touristes de longue durée de séjourner jusqu'à 9 mois (visa de 90 jours renouvelable deux fois). Voir les conditions détaillées pour obtenir ce visa sur le site web de l’Office National du Tourisme de Thaïlande (en français).

Le 25 septembre, le Ministre a annoncé (voir Bangkok Post, en anglais) que la quarantaine pourrait être réduite à 7 jours à compter de novembre si aucun cas positif au Covid n'est identifié parmi les premiers touristes arrivant en octobre. Cependant, c'est désormais plutôt un passage à 10 jours de quarantaine qui est envisagé. Selon toutelathailande.fr le 13 novembre, cette réduction à 10 jours est suspendue car les Thaïlandais seraient inquiets...

Selon un article dans Lepetitjournal le 21 octobre, 39 touristes chinois ont atterri le 20 octobre à Bangkok avec le visa de tourisme spécial (STV). Ce sont donc les premiers touristes étrangers (hors rares touristes médicaux) autorisés depuis 6 mois ! Sans test positif durant la quarantaine, ils peuvent voyager ensuite dans le pays librement mais avec une application de suivi dans leur téléphone. Selon Lepetitjournal le 9 décembre, qui cite le Bangkok Post, "les touristes de tous pays sont désormais invités à visiter la Thaïlande sous le nouveau visa touristique spécial (STV), quelle que soit la situation Covid-19 de leur pays".

Toujours dans ce même article "Selon les données du ministère du Tourisme fin novembre, les dernières arrivées de touristes étrangers comprenaient 471 visiteurs de Chine, 231 du Cambodge, 178 de pays du Moyen-Orient et 116 d'Europe, tous voyageant avec des visas STV et étant passés par les deux semaines de quarantaine".

Selon Lepetitjournal le 18 décembre 2020, "les ressortissants de 56 pays dont la France, la Belgique ou encore la Suisse pourront désormais entrer dans le royaume sans visa pour une période qui a été étendue à 45 jours -contre 30 auparavant- pour inclure la quarantaine de deux semaines en hôtel qui reste obligatoire à l’arrivée". Voir un article de routard.com sur les conditions (contraignantes) à remplir. Les choses évoluent donc dans le bon sens pour le retour des touristes internationaux...

Les amateurs de golf se réjouiront ! Ils peuvent désormais effectuer leur quarantaine à l'arrivée dans un complexe hôtelier avec parcours de golf... Ce seront ainsi les seuls touristes autorisés à sortir de leur chambre durant leur 14 jours en quarantaine à l'arrivée en Thaïlande. Pour en savoir plus sur les 6 complexes concernés, voir l'article Lepetitjournal du 15 janvier 2021.
 

La plage de la station balnéaire d'Ao Nang déserte fin mars 2021.
Plus de la moitié des commerces sont fermés faute de touristes à Ao Nang


Vers une levée progressive de la quarantaine...

Fin janvier 2021, des médias ont affirmé que "Les étrangers qui ont été vaccinés contre la COVID-19 pourraient être autorisés à visiter la Thaïlande sans devoir être mis en quarantaine", ceci dès mars ou avril ! Thaïlande Autrement, à travers un commentaire de Ben en bas de l'article de Gavroche, s'était montré très prudent sur cette perspective, les faits l'ont ensuite confirmé....

Le 8 février, les autorités sanitaires thaïlandaises ont rejeté la possibilité qu'un "passeport Covid-19" lève la quarantaine tant que les conséquences des vaccins sur la transmission de la maladie ne sont pas mieux connues. Voir le Bangkok Post (en anglais).

Mais courant mars (sous la pression d'une pétition mobilisant les opérateurs touristiques ?), le gouvernement a fait des nouvelles annonces sur un assouplissement progressif de la quarantaine sur les 9 mois suivants.

Depuis le 1er avril, la quarantaine est passée de 14 à 7 jours pour les touristes vaccinés. Dans les faits, la demande d'entrée en Thaïlande est faite en réservant 10 jours de quarantaine et celle-ci peut être réduite à 7 jours à l'arrivée sur place si certaines conditions sont réunies. Voir le détail sur le site de l'ambassade de Thaïlande en France. Au prétexte de l'ampleur de la 3e vague (qui n'a pourtant pas de lien avec les arrivées internationales légales), le gouvernement a décidé, le 29 avril, que la quarantaine repassait à 14 jours à compter du 6 mai pour tout le monde (vaccinés ou pas).

Selon Lepetitjournal.com du 26 mars, "les autorités thaïlandaises ont accepté vendredi 26 mars d'autoriser les visiteurs de l’étranger vaccinés contre le Covid-19 à se rendre sur île de Phuket sans avoir à effectuer de quarantaine et ce à partir de juillet". Le 26 mars, le magazine en ligne précisait la règle pour poursuivre le voyage ailleurs : "Après une semaine passée sur l'île, s’ils ne présentent aucun symptôme et ont des tests négatifs, ils pourront voyager dans le reste du pays."

Les conditions sont encore assez strictes avec une arrivée aérienne sur Phuket directemen
t (à voir les compagnies aériennes qui le proposeront depuis l'Europe), un certificat de vaccination (dont les modalités se discutent encore au niveau international), un test à l'arrivée... Nous vous donnerons plus de détails dès que possible.

A partir d’octobre 2021, cette exemption de quarantaine serait élargie à d'autres destinations (Chonburi/Pattaya, Chiang Mai, Phang-Nga, Koh Samui et Krabi).

Pour commencer son voyage n'importe où dans tout le pays sans quarantaine, il faudrait attendre janvier 2022. Voir les différentes étapes de ce plan présentées sur le site internet www.thailande-fr.com le 23 mars. 

Selon Lepetitjournal du 10 mai, le gouvernement "maintient son calendrier pour la levée de la quarantaine". Ce dernier parle désormais de 10 provinces, dont Bangkok, comme pouvant accueillir des touristes sans quarantaine à compter du 1er octobre. Ce qui parait ambitieux car 70% des habitants de chacune de ces provinces devront être vaccinés pour permettre l'application de ce plan de réouverture. Or, la Thaïlande démarre son programme de vaccination avec retard (voir ci-dessous).

Par ailleurs, il faut être prudent sur ces annonces en terme de territoires réellement concernés.
En effet, par exemple, pour Chiang Mai, c'est la province qui est citée depuis l'annonce de ce plan fin mars 2021. Mais le Bangkok Post du 6 mai dernier nous apprend que ce sont seulement les districts de Mae Rim et Mae Taeng (à plusieurs dizaines de kilomètres au nord de la ville de Chiang Mai) qui pourraient accueillir les touristes sans quarantaine... Si cela se confirme, il serait donc impossible de visiter la capitale du nord sans avoir d'abord passé une semaine dans l'un de ces deux districts ! Attendons donc plus de détails sur chaque province...


Où en est la vaccination en Thaïlande ?

Au 8 mai 2021, 1.27 millions de personnes (1.8 %) seraient déjà vaccinées avec une première dose.

Source : Google ("From Our World in Data")

Lepetitjournal.com du 16 mars indique que, ce même jour, "le Premier ministre thaïlandais a été le premier dans son pays à se faire injecter le vaccin contre le Covid-19 AstraZeneca". La Thaïlande démarre sa campagne de vaccination avec retard comparé aux pays voisins et même par rapport à son planning de vaccination qui prévoyait un démarrage en février.

Le gouvernement semble vouloir accélérer la vaccination. S’il y a relativement peu d’épidémie dans le Royaume jusqu’à présent, la vague en cours, sans précédent, a remis dans le débat public l'importance d'une population immunisée.

Par ailleurs, l’urgence de vacciner est aussi que l’immunité collective devient le sésame pour la réouverture des frontières aux touristes internationaux sans quarantaine. Et donc le seul espoir des millions de personnes dont les revenus dépendent de la venue des touristes étrangers.

Le gouvernement a rendu public, ces dernières semaines, ses contacts pris avec différents producteurs de vaccins dans le monde pour importer des stocks dans les prochains mois. Les vaccins actuellement autorisés et les producteurs approchés ont été précisés par Lepetitjournal le 07/05/21. Le Premier ministre souhaite désormais aller jusqu'à un stock de 200 millions de doses selon un article paru dans le Bangkok Post le 8 mai, le journal ayant publié une mise à jour du calendrier vaccinal à cette occasion :


Nous vous suggérons de lire également les informations diffusées par France Diplomatie pour les voyageurs en Thaïlande.

Conclusion sur la situation pour les touristes à ce jour :

Les premiers touristes sont arrivés en Thaïlande fin octobre 2020. Mais à travers un séjour d'un mois minimum dont une quarantaine de 15 jours dans le même hôtel et dans le cadre d'un processus assez lourd (demande de visa de tourisme spécial/STV avec assurance Covid et preuves de réservation d'hébergements à présenter, tests à plusieurs reprises...).

Depuis mi-décembre 2020, les ressortissants de la France, la Belgique ou encore la Suisse peuvent désormais entrer dans le royaume sans visa pour une période qui a été étendue à 45 jours. Même si cela n'oblige plus à séjourner longtemps sur place, le reste des conditions est toujours aussi lourd et la quarantaine en hôtel est maintenue (avec désormais la possibilité de jouer au golf pendant ces 15 jours, voir ci-dessus).

Les perspectives de venir faire du tourisme sans quarantaine en arrivant (pour les personnes vaccinées) sont désormais pour juillet (Phuket obligatoirement la 1ère semaine du séjour) puis octobre 2021 (sur certaines destinations seulement, voir ci-dessus) selon le gouvernement. Pour commencer son voyage n'importe où dans tout le pays sans quarantaine, il faudrait attendre janvier 2022. Une évolution qui doit encore être confirmée dans le détail...

Il faut donc garder patience pour venir parcourir le royaume avec Thaïlande Autrement !

Nous mettons à jour ces informations quand des éléments fiables sont disponibles. Attention aux nombreuses informations erronées qui circulent sur les réseaux sociaux, dans certains "magazines" qui veulent faire le buzz...


4) Les mesures prises par Thaïlande Autrement pendant les voyages de février et mars 2020


Les recommandations officielles qui étaient faites aux voyageurs étaient de se laver régulièrement les mains. Pour faciliter cette mesure d'hygiène pour nos clients, depuis début février, nous avons acheté des gels désinfectants que nous avons fourni avec leur dossier de voyage à l'arrivée, en quantité suffisante pour plusieurs jours. Pour la suite, des gels étaient disponibles également dans les vans de nos chauffeurs pour la partie centre-nord du pays.

A partir de début mars, Thaïlande Autrement a également fourni un masque chirurgical par personne dans le dossier de voyage. La plupart des clients ne les ont mis que dans des endroits très fréquentés comme les marchés par exemple.

En pleine haute saison, nous avons eu de nombreux clients sur place. Depuis le premier cas de coronavirus en Thaïlande le 13 janvier 2020, 133 adultes et enfants ont voyagé avec nous. Les séjours se sont déroulés tout à fait normalement, aucune visite ni activité n'ayant été empêchées. En Thaïlande, jusque courant mars, il n’y avait eu aucune fermeture de sites historiques, musées, parcs nationaux, etc. Voir le témoignage de clients sur cette période.

Avec la baisse progressive du nombre de vols internationaux, nos derniers clients sur place fin mars ont eu des vols annulés. Nous avons évidemment assuré un suivi personnalisé de tous ces clients afin de les accompagner dans la réorganisation de leur retour en Europe. Bien que n'étant pas responsable de la réservation des vols internationaux (nous nous chargeons uniquement de l'organisation des séjours sur place), fidèle à notre tradition d'assistance à nos clients dans toutes les situations, nous avons mis tout en oeuvre pour les aider à contacter les compagnies aériennes et pour adapter nos prestations en temps réel.

Par exemple, le dimanche 22 mars au matin, nous avons été 4 personnes du bureau, et notre partenaire locale spécialiste de réservations aériennes, à nous mobiliser, avec succès, pour trouver une alternative à l'annulation soudaine d'un vol prévu le 24 mars. Ces deux clientes ont pu repartir, le 26 mars, sur le vol que nous avions réservé comme alternative et nous leur avons rédigé un justificatif à présenter lors des contrôles sur leur trajet routier en France.

Depuis le 28 mars, nous n'avons plus de clients sur place. Grâce à notre aide (notamment pour les fastidieux contacts avec les compagnies aériennes), aucun de nos clients n'a eu besoin de solliciter l'appui de l'ambassade (de France en l'occurrence) pour repartir du Royaume.
 
Habitant en Thaïlande, toute notre équipe suit évidemment l’évolution quotidienne de la situation et continuera, autant que possible, à vous informer à travers cette page.

En finir avec la pandémie est l'affaire de tous !
Appliquons les gestes barrières.
Portez-vous bien, vous et vos proches !

Thailande Autrement